Libertés bretonnes maintenant !

KAD Boned Ruz

L’association KAD, Kelc’h An Dael, pour la création d’un véritable Parlement Breton tient à apporter son soutien indéfectible au collectif « Bevañ, Divizout, Labourat e Breizh », « Vivre, Décider, Travailler en Bretagne », et au mouvement plus général dit des « Bonedoù Ruz » ou « Bonnets Rouges », hors bien sûr de toutes contrefaçons extra bretonnes.

KAD continue d’appeler à l’UNION de tous les Bretons patriotes et démocrates, contre le rouleau compresseur jacobin qui continue inlassablement de mettre notre économie sous coupe réglée, de refuser d’entendre notre désir légitime d’autonomies fiscales et politiques, d’intégrité territoriale recouvrée, de jouissance pleine et effective de tous nos droits inaliénables et imprescriptibles en tant que Peuple Breton souverain et libre dans son auto-détermination.

KAD ne reconnaît pas le pseudo « Traité d’Union de 1532 » qui ne fut qu’un édit, car non contresigné par une personnalité princière ou plénipotentiaire bretonne, simple contrat franco-français manipulateur imposé par la force et la corruption. La France elle-même n’a jamais respecté les différents points de Souveraineté Nationale Bretonne stipulés dans cet édit, (de Louis XIV qui réprima très férocement les doléances légitimes des Bonnets Rouges de 1675, à François Hollande qui malgré ses promesses d’ouvertures ne reconnaît pas davantage le Peuple Breton que tous ses prédécesseurs jacobins et anti-bretons), le rendant à nos yeux caduc : les impôts levés en Bretagne tout comme les soldats Bretons devaient servir la Bretagne et ses intérêts… Aujourd’hui nous savons, alors que tous les Bretons incorporés dans les guerres françaises inutiles et contraires à nos intérêts ont servis de chair à canon en premières lignes, que la grande majorité de notre manne fiscale continue à alimenter le gouffre financier d’un système centraliste perverti aux nombreux privilèges et prébendes dignes de l’ancien régime. Pire, la quasi-totalité des hauts fonctionnaires et élus de la république, pléthores dispendieuses et improductives, sont grassement payés par nos impôts pour nous interdire par lois, décrets, diktats ou oukases, d’être nous-mêmes, Bretons en Bretagne, et de vivre selon nos valeurs naturellement solidaires et humanistes. Cerise sur le gâteau, la censure et la manipulation ne suffisant pas, à travers les médias aux ordres, on se permet de nous insulter et de nous salir en tous domaines… Comme près de trente mille Bonedoù Ruz l’ont dit à Kemper le 2 novembre : Re zo RE ! Trop c’est trop !

KAD ne reconnaît comme seul traité international signé entre la Bretagne et la France que le contrat de mariage dressé entre Anne de Bretagne et son second époux Louis XII, qui en tant que Duc d’Orléans a combattu à pied côté breton à la bataille de Saint-Aubin du Cormier. Ce traité dit clairement que la couronne royale française sera transmise à leur aîné(e), Claude en l’occurrence, et la couronne ducale bretonne à leur cadet(te), Renée en l’occurrence… Deux têtes couronnées différentes pour deux nations souveraines distinctes.  Nous connaissons la suite : le duc d’Angoulême contre l’avis pré-mortem d’Anne épousa Claude, et devint le roi français François 1er qui de façon illégale passa outre cette clause importante en réunissant les deux couronnes sur la même tête, et en imposant cet édit de 1532 de façon unilatérale… Nous sommes donc très clairs : il n’existe aucun traité de droit international qui lie officiellement et de façon subalterne la Bretagne à la France ! Cela veut dire qu’au niveau du droit international, la Bretagne est toujours un pays et une nation libres et indépendants de fait ! La présence administrative française en Bretagne est donc illégale et assimilable à une situation colonialiste. La France a vocation à se retirer de nos terres et institutions dans les plus brefs délais ! La Bretagne a elle vocation à recouvrir son intégrité territoriale et sa souveraineté politique à travers une assemblée parlementaire constituante, qui  rédigera la Constitution de l’Etat Breton, et qui créera à suivre les conditions électives à travers un gouvernement provisoire de transition, d’un premier gouvernement élu et souverain selon les modalités que seuls les Bretons seront à même de définir légalement. Sur un plan économique cela veut dire que non seulement les taxes et impôts français sont illégaux en Bretagne, mais que la France doit réparation pour toutes les destructions commises en Bretagne et tous les Bretons morts de façon illégale dans ses guerres inutiles. Cela veut dire aussi et surtout que la France doit rembourser à la Bretagne toute l’immense somme fiscale indûment perçue, sur nos terres aujourd’hui comme depuis plus de cinq siècles… Nous laissons dès à présent à nos historiens et économistes bretons le soin d’établir cette liste financière qui devrait s’élever à plusieurs centaines de milliards d’euros…

KAD appelle tous les patriotes et démocrates Bretons à rejoindre de façon générale contre l’injustice et la mauvaise foi jacobine le mouvement des Bonnets Rouges, en espérant qu’une liste commune « Vivre, Décider et Travailler en Bretagne » soit constituée aux prochaines échéances électorales, tous partis bretons confondus, afin que les Bretons puissent enfin voter massivement breton en Bretagne, pour nos intérêts communs et notre qualité de vie à tous !

KAD sera présent à Karaez le 30 novembre pour soutenir cette belle idée de « Vivre, Décider, Travailler en Bretagne », comme il était présent à Kemper à travers la majorité de ses membres, et au portique de Pont de Buis à travers cinq de ses membres…

KAD appelle aussi tous les patriotes et démocrates Bretons qui veulent aller plus loin que les simples élections « françaises » en Bretagne, à rejoindre son association pour la création légitime d’un Parlement Breton non inféodé aux forces coloniales jacobines, dans un grand élan de libération nationale : vivre libres ou soumis, tel est notre unique choix !

Un deiz e vo sklaer an amzer…

Pour KAD, JLLC, le 27/11/13.

Notes Techniques :

KAD n’est ni un parti politique ni le Parlement Breton que nous appelons de nos vœux. Nous sommes une table ronde bretonne qui réunit toutes nos sensibilités dans un projet commun d’UNION, sorte de « shadow cabinet » ou de « Conseil d’Etat embryonnaire »…

Vous trouverez sur notre site provisoire notre charte trilingue qui vous donnera une idée de notre état d’esprit. Nous nous sommes déjà réunis six fois depuis notre création en avril 2012, et nous travaillons de façon collégiale et démocratique où le conseil d’administration est élargi à l’ensemble des membres.

Le bureau est resté le même quand à sa présidence et ses vice-présidences, seuls le secrétaire et le trésorier ont été renouvelés, l’ancien secrétaire et l’ancien trésorier étant toujours membres de KAD.

Régulièrement nous admettons de nouveaux membres après cooptation et vote interne, tous patriotes et démocrates Bretons.

Donedigezh vat ganomp !

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Share on Google+0Share on Tumblr0Email this to someone