Contre les projets miniers de la France en Bretagne !

Illustration 2

Nous, élus du Parlement de Bretagne, déclarons notre opposition à la mise en œuvre des projets de prospections minières décidés par la France sur notre territoire.

Ces 7 Permis Exclusifs de Recherches Minières (PERM), préfigurant de futures exploitations, ont été accordés à la société australienne Variscan-Mines dont l’objet est de faire de la prospection. Ces zones explorées seront ensuite mises sur les places boursières pour y être vendues aux exploitants les plus offrants…

À aucun moment l’ensemble de la population bretonne n’a été prévenue de ce qui se décide pour son territoire. Preuve en est : la grande majorité de cette population n’a même jamais entendu parler de l’existence de ces projets miniers, qui concernent pourtant 111 communes réparties sur 143 000 hectares !

La seule communication que l’on puisse trouver n’est faite qu’en local par la société Variscan !

Cette dernière se permet même d’utiliser des arguments selon lesquels ces mines seraient propres et qu’elles créeraient des emplois…

Comble du cynisme, la société Variscan va jusqu’à démarcher les écoles avoisinantes pour que les élèves eux-mêmes relayent ces fausses informations jusqu’à leurs domiciles.

Le mensonge est total quand on sait qu’une mine propre n’existe pas, et que les zones à prospecter sont le château d’eau de la Bretagne. Nos cours d’eau seront irrémédiablement impactés, l’image de notre agriculture bretonne sera dégradée et des centaines d’exploitations riveraines seront condamnées. Les populations locales se verront propriétaires de logements invendables, de patrimoines dépréciés dans des environnements pollués.

Quant aux fameuses créations d’emplois, nous savons tous que pour ces chantiers miniers de grande ampleur, les équipes de mineurs sont des « ouvriers-turbo« , des mercenaires venant de pays à bas coût, travaillant plus de 12 heures par jour sur quelques semaines et rentrant ensuite chez eux pendant qu’une autre équipe prend le relais.

La récente actualité nous montre que les autorités refusent d’abroger ces projets, malgré la mobilisation sur le terrain, malgré les études et les arguments posés sur la table… Preuve en est que décideurs et financiers se sont entendus depuis longtemps, que l’écologie et la population ne sont aucunement pris en considération !

C’est pourquoi le Parlement de Bretagne dénonce ces projets, qui vont à l’ encontre des accords de la COP21, et ces comportements indignes d’une démocratie qui nous ramènent à l’époque coloniale !

Le Parlement apporte tout son soutien à toutes les associations et collectifs, qui s’opposent à ces PERM et qui défendent notre intérêt à tous.

Dael Breizh,

Parlement de Bretagne

19/10/2017

Share on Facebook1Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Share on Google+0Share on Tumblr0Email this to someone